Assistant personnel : Siri, Google Now, Cortana , la nouvelle bataille des géants

Apple a amélioré son assistant vocal Siri pour se mettre au niveau de Google et Microsoft .

L’annonce n’a pas fait autant de bruit que le lancement d’un nouveau service de streaming musical . Elle préfigure pourtant une des nouvelles batailles entre les géants de la high-tech. A l’occasion de sa conférence pour les développeurs à San Francisco, Apple a dévoilé lundi les améliorations apportées à son assistant vocal, le célèbre Siri. Alors que le service se bornait jusqu’à présent à répondre – plutôt bien – aux questions posées par le propriétaire de l’iPhone et à exécuter ses requêtes (dicter un message, lancer une chanson, appeler un contact…), celui-ci va gagner en intelligence pour devenir réellement « proactif ». Avec une promesse : anticiper nos désirs et nos besoins.

En se basant sur des informations contextuelles (temps, lieu, activité), Siri va pouvoir alerter sur l’heure à laquelle partir pour ne pas rater son train au vu du trafic, caler automatiquement un rendez-vous dans l’agenda en fonction des échanges de textos ou d’e-mails, ou reconnaître un numéro inconnu en se basant sur les données du téléphone. Bref, tout ce que proposent déjà… Google et Microsoft, avec leurs propres assistants virtuels, Google Now et Cortana. Mais cette « remise à niveau » de Siri, qui avait peu évolué depuis son lancement en 2011, traduit une réalité : ces outils, jusqu’ici considérés comme des gadgets, vont prendre une part croissante dans les usages mobiles et font d’ores et déjà partie de la stratégie des grands groupes high-tech.

Des stratégies diverses

Plusieurs tendances de fond sont à l’œuvre. « L’interface homme-machine évolue, décrypte Thomas Husson, consultant chez Forrester. Il y a eu l’invasion du tactile. Avec le boom annoncé des objets connectés, et les multiples formes qu’ils prennent, la commande vocale va s’imposer car c’est la plus naturelle ». Difficile en effet de taper sur une montre connectée… La puissance des logiciels et des ordinateurs d’aujourd’hui permet en outre d’analyser les milliards de données générées par les terminaux que nous utilisons pour les traduire en propositions et en services, et faire du travail prédictif. Google tire ainsi profit de l’excellence de son moteur de recherche et Microsoft de ses compétences en informatique pure (Big Data, « analytics »…).

La stratégie et les enjeux diffèrent néanmoins selon les acteurs. Pour Apple, il s’agit encore et toujours de fidéliser sa base de clients. « Siri va permettre de personnaliser davantage l’expérience mobile et de retenir un peu plus les utilisateurs au sein de l’écosystème iOS », commente Tuong Nguyen, analyste chez Gartner. Le groupe insiste d’ailleurs sur l’aspect sécurité des données analysées par Siri, qui ne sortent pas du terminal, à la différence du système de Google.

« Le début de l’aventure »

Le géant du Web mise, lui, sur sa formidable capacité à agréger des données un peu partout sur la Toile pour délivrer un véritable modèle prédictif. Le nouveau Google Now, présenté il y a quinze jours, peut désormais aller chercher des informations dans une centaine d’applications tierces. « Google cherche peu à peu à s’écarter de la logique d’applications qui gouverne le monde du smartphone, pour ramener l’utilisateur dans l’univers qu’il maîtrise le mieux, le Web », analyse Thomas Husson. Avec une finalité qui reste la même pour le géant californien : mieux connaître les goûts et les habitudes des internautes pour vendre des publicités plus pertinentes.

Pour Microsoft, tout l’enjeu est de ne pas se laisser distancer un peu plus dans le mobile, et de prouver sa capacité d’innovation, après avoir introduit la reconnaissance gestuelle avec sa console Xbox. L’horizon de Cortana pourra d’ailleurs s’élargir dès lors qu’il sera intégré dans le futur Windows 10, et que des applications pour le monde professionnel verront le jour. « C’est le tout début de l’aventure. Mais tout ce qui permet d’offrir une meilleure expérience utilisateur a de la valeur  pour ces groupes », estime Tuong Nguyen

Source : LesEchos.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s